Mélenchon : le triomphe du vintage

C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures.

La présidentielle passionnante et pleine de débats de fond constructifs semble en passe de confirmer l’adage.

Dressons le tableau des protagonistes :

-Un Président sortant qui  fêtera en mai ses 10 ans aux manettes du pays.

-Un candidat socialiste qui ne fait pas seulement parti des éléphants mais plutôt des  « mammouths » du parti de par son ancienneté dans le système.

-Un Bayrou qui tente sa chance pour la troisième fois en espérant que ce sera la bonne (alors que pour beaucoup d’observateurs, il s’agit du combat de trop).

-Une « fille de » qui peine à renouveler le discours simpliste à base de « tous dehors » de son père.

-Une Nathalie ARTHAUD qui craint tellement de rompre avec les 57 ans de vie politique d’Arlette LAGUILLER qu’elle en reprend le discours et la coupe de cheveux.

-Un Philippe POUTOU tellement charismatique que Besancenot a repris du service pour éviter l’accident industriel.

-Eva Joly dont on aura plus entendu parler des lunettes et de la chute que du programme.

-Jacques CHEMINADE et Nicolas DUPONT-AIGNAN (pour eux je n’ai rien à ajouter, c’est déjà assez drôle comme cela).

La surprise, le renouveau de cette campagne 2012 nous vient de Jean-Luc  MELENCHON et du Front de Gauche.

La recette ?

Prenez un vieux parti.

Un vieux programme.

Un vieil éléphant socialiste, sénateur depuis 28 ans, qui en a assez de jouer les seconds couteaux.

Magie : vous obtenez LE phénomène des élections 2012.

Pourquoi ?

Parce que Jean-Luc Mélenchon est un géni de la stratégie.

Il a compris qu’il existait un espace, un créneau pour surfer sur la vague Européenne des indignés.

Qu’il existait un vieux parti à l’agonie, complètement à l’ouest sur les idées mais assis sur une mine d’or : une base militante dense et désœuvrée et très disciplinée(parce que chez les communistes, liberté rime d’abord avec obéissance, c’est la base).

Il a ni plus ni moins réalisé une OPA sur ce magot, dans une manœuvre dont je suis prête à parier qu’on l’enseignera dans les décennies à venir comme un modèle dans les instituts de science politique comme dans les meilleurs MBA de stratégie.

Cela revient à racheter une vieille marque ayant un fort potentiel de notoriété pour vendre un nouveau produit (cf les pansements mercurochrome : marque rachetée uniquement pour sa pénétration dans l’inconscient collectif).

Facteur aidant : le vide.

Cette campagne se caractérise par un manque criant de projets et de visions.

La nature ayant horreur du vide, quitte à faire creux, autant faire exotique.

Le Front de Gauche est en effet le SEUL nouveau parti qui se présente à cette élection (Jacques CHEMINADE s’était présenté en 1995).

Du pain béni pour les médias qui, en l’absence d’une « histoire » forte à raconter entre les principaux protagonistes, ont cherché une alternative à monter en mayonnaise pour assurer l’audience des JT et la vente des magazines.

Mélenchon qui a pourri les journalistes pour exister les premiers mois leur doit donc son ultra médiatisation et son adoubement comme « 3 ème homme » : chapeau l’artiste.

La recette du vintage c’est donc (je rappelle les ingrédients pour un résultat à 15% dans les sondages environ) :

1 vieux sénateur socialiste ultra rodé/usé.

1 vieux parti

1 vieux projet qui a déjà servi une bonne douzaine de fois sans succès électoral. Pour rappel le Parti Communiste était à moins de 2% en 2007 et le projet n’a pas bougé d’une virgule depuis. (Si le programme a été mis en application dans des pays étrangers, les a ruiné et a généré quelques millions de morts c’est mieux, cela donne du goût).

MAIS SURTOUT : un nouveau nom.

En gros, cela revient à appeler un minitel un « Front de communication » et trouver ça furieusement nouveau et terriblement tendance par rapport à internet.

C’est ce que l’on nomme le « VINTAGE ».

Et c’est ce que j’aime dans la conscience politique de mes concitoyens.

On se moque des pays dans lesquels on juge les candidats sur leur croyance en dieu ou leurs spots publicitaires, alors que nous, nous sommes le peuple élu. Celui qui sait faire preuve de discernement et voter avec sa conscience.

Celui qui ne se laisse pas influencer par les modes, uniquement pour un programme et du fond.

Comme disent les jeunes : LOL.

Aude Réruise.

Ps : Le prochain article sera dédié à « Comment, à force de s’amuser à monter le Front de Gauche en épingle, on a réussi à faire perdre François HOLLANDE qui avait un boulevard » . Mais d’ici là je trouverai un titre plus court.

Publicités

14 responses to this post.

  1. Posted by belgarath31 on avril 11, 2012 at 8:33

    Chronique assez juste, même si certains points déconnent bien…

    Le programme « L’humain d’abord » n’a pas grand-chose à voir avec les programmes communistes stalinien du siècle dernier (quelle caricature indigne au passage, c’est quoi ce rasonnement comme quoi un courant philosophique/économique progressiste devient indigne s’il est revendiqué par un dictateur – tous les courants politiques sans exeptions ont été un jour revendiqués par un dictateur…)
    C’est le programme le plus démocratique (abolition du quinquénat présidentiel, non-cumul des mandats, convocation d’une assemblée constituante…) et celui qui place l’écologie au coeur de tout le processuf productif. Sans aucun doute le plus moderne, même s’il s’inspire de courants de pensée multi-séculaires (ce qui n’est pas un mal vu le niveau des « spécialistes » de notre époque).

    Vous pensez vraiment la forme ultra-libérale du capitalisme actuel est l’horizon indépassable ?! Nos descendants dans un siècle rigoleront bien de l’archaisme de nos pensés.

    Au passage plutôt que de raconter n’importe quoi renseignez-vous, des programmes similaires à celui du Front de Gauche ont été appliqués dans plusieurs pays : Islande, Equateur, Argentine… avec des résultats inespérés : forte croissance, regain démocratique ect… Citez-moi un seul pays auquel ca n’a pas réussi (encore faudrait-il avoir lu le programme pour savoir ce qu’il contient).

    L’homme n’invente rien, il avance à petit pas de façon erratique; dans quelques années on « redécouvrira » le tirage au sort des représentants politiques, moyen brillant de démocratie directe, invité et pratiqué par les grecs il y a 2 millénaires. A perfectionner bien sur, comme tout le reste.

    Réponse

    • Bonjour,

      Je n’avais pas prévu d’assurer le service après vente des articles mais je vais faire une réponse à votre commentaire si courtois et mesuré (mais inutile de relancer le débat, je n’en ferai pas d’autres, je rentre en période de partiels, désolée. Et puis c’est un blog apolitique donc je n’ai l’ambition de convaincre personne).

      Je retiens d’abord que la chronique vous semble « assez juste ». C’est un bon point.

      Concernant le crime qui consiste à comparer le programme communiste (remasterisé « l’humain d’abord ») à un programme Stalinien, je pense que c’est l’argument qui me fera toujours sourire.
      Le programme communiste n’a pas été appliqué que par Staline en URSS.
      En Chine, en Corée du Nord, au Venezuela, en Erythrée, à Cuba… Partout il a semé la pauvreté et la dictature.
      Un dictateur communiste : c’est un accident.
      Aucun système communiste qui ne plonge son peuple dans la misère : c’est qu’il y a un problème quelque part.

      Je n’ai écrit nulle part que le modèle idéal est l’ultra libéralisme.
      Mais pour être franche, entre un libéralisme débridé (avec tous ses excès condamnables) et le communisme, je choisirai toujours l’ultra libéralisme pour une raison simple et de bon sens : On n’a jamais vu personne risquer sa vie et celle de sa famille pour s’enfuir des Etats-Unis (pays ultra libéral par excellence).
      C’est en revanche le cas dans tous les pays qui ont tenté l’expérience communiste.
      Au passage, l’argument de M. MELENCHON qui a mis la souffrance du peuple Cubain sur le dos de l’embargo des Etats-Unis a fait bondir ma colocataire d’origine Cubaine.

      Concernant le programme, contrairement à ce que vous semblez penser : je l’ai lu.
      Et j’ai beaucoup ri. Merci.
      Vous citez en exemple des propositions telles que l’abolition du quinquennat, le non cumul des mandats etc.
      Je n’ai pas vraiment entendu Che Melenchon les mettre en avant. Par contre il matraque sa mesure phare de taxer à 100% les revenus au delà de 350 000€ ou de passer le SMIC à 1700€ immédiatement. Et ça, ça me dérange. Parce que j’ai fait une heure d’initiation à l’économie en seconde il y a une douzaine d’années et que cela m’a suffit à comprendre que ce genre de mesures est une farce populiste.
      Pour la même raison, je ne commenterai pas votre suggestion de « tirer au sort » les représentants politiques (mais j’ai l’intuition que, comme moi, vous y seriez moins favorable le jour où un responsable du front national serait choisi).

      Vous citez l’exemple de pays (Argentine, Islande) auxquels un programme comparable a si bien réussi.
      Vous oubliez de préciser que ces pays ont un point commun : ils ont connu une faillite qui a ruiné leur économie et leurs épargnants au cours des 10 dernières années.
      Je ne pense donc pas que nous soyons dans une configuration comparable à celle de la France.

      Enfin, je partage votre conclusion : l’homme doit avancer par petits pas.
      C’est pourquoi je ne pense pas que Jean-Luc MELENCHON, le Front de Gauche ou le Parti Communiste soient une solution : comment avancer par petits pas si l’on fait un grand bon en arrière ?

      AR

      Réponse

      • Posted by Gilou on avril 25, 2012 at 9:53

        Je suis personnellement d’accord avec ce qui concerne le PC et les pays qui se sont targués de communiste. Encore que JLM ne se dise pas communiste; il est soutenu par le (ou plutôt ce qui reste du) PC, ce qui est un peu différent. Mais bon, pas tant que ça, ok 🙂
        Par contre, concernant ce qui suit :
        « … de taxer à 100% les revenus au delà de 350 000€ ou de passer le SMIC à 1700€ immédiatement. Et ça, ça me dérange. Parce que j’ai fait une heure d’initiation à l’économie en seconde il y a une douzaine d’années et que cela m’a suffit à comprendre que ce genre de mesures est une farce populiste. »
        Euh… Affirmer qu’après une heure d’économie, à l’âge 16 de ans, et 12 ans plus tôt, on soit capable de juger du bien fondé d’une mesure, quel qu’elle soit… En connaissant le nombre de variables intriquées, le nombre de conséquences financières, dans un sens ou un autre, de la mesure en elle-même et des conséquences de ces conséquences, et que sachant cela, chaque mesure doit au minimum être accompagnée d’ajustement, je dit très fort. Là c’est moi qui ait bien ri, autant que vous à la lecture du programme du FdG ! Parfois il faut savoir se remettre en question : à 28 ans, on est jeune, on possède – encore – une expérience limitée, et on ne sait pas tout !
        Cordialement,

      • Parler d’une heure d’éco à 16 ans était une figure de style. J’en ai (mal)heureusement fait beaucoup plus… Mais pour être franche, une heure d’éco à 16 ans suffit largement pour comprendre que le programme du FDG ne tient pas…

  2. Posted by jul on avril 12, 2012 at 3:54

    bonne analyse !

    Réponse

  3. Posted by Maspero on avril 17, 2012 at 12:08

    Brillante démonstration d’ignorance politique et historique… J’espère pour vous que vous n’avez pas de partiels d’histoire, d’histoire des idées politiques ou de droit constitutionnel. dans le cas contraire, je vous incite à bosser un peu plus.

    Réponse

    • Bon ben voilà…

      Le commentaire typique qui pose 2 questions:

      -Dois-je le modérer puisqu’il n’apporte pas de « plus » par rapport à l’article?
      J’ai décidé de ne pas modérer et de le publier en l’état pour 2 raisons:
      Primo: Filtrer ou censurer, ce serait employer les méthodes des courants de pensée que je dénonce. Ici on peut tout dire.
      Segundo: J’ai eu la faiblesse d’autoriser la publication de commentaires qui disaient juste « Merci » ou « Super article » sans autre argumentation. Il faut donc être cohérente.

      -Suis-je censé y répondre puisqu’en fait il n’y a pas de question « Brillante démonstration d’ignorance politique et historique »? A propos de quoi? Sur quel fait? Venant de qui?
      Mystère.
      Du coup je me contente de dire « merci pour vos encouragements, mes partiels de science-politique se passent jusqu’ici très bien 😉 ».
      Bonne journée!

      Réponse

  4. C’est un lecteur du blog de Martin Vidberg qui a laisse un lien vers votre site.
    Je ne regrette pas du tout d’etre venu.
    J’ai bien ri et en plus je trouve vos analyses de fond assez juste.
    Merci.

    Réponse

  5. […] plupart des critiques que j’ai essuyé après mon article « Mélenchon, le triomphe du Vintage » était que, pour tenir un discours aussi sévère sur le « phénomène » je n’avais […]

    Réponse

  6. Posted by Suzette on avril 27, 2012 at 3:37

    J’adore le blog apolitique mais dont le tout premier message parle de Melenchon… Et le second aussi… et le 3ième y fait encore référence…
    Pour un blog apolitique, faire 4 références à Melenchon en 5 posts, tout en disant « non non, c’est ridicule, son programme est nul », etc… c’est peut être que ça éveille vaguement quelquechose chez vous. Peut être vaguement l’impression que quelquechose ne tourne pas rond dans notre société qui se cache les yeux en fonçant dans le mur.
    La nouveauté qu’apporte Melenchon, c’est anti-productivisme et de limitation des ressources naturelles – vous savez, le truc du rapport Meadow, le club de Rome dont on parle 1 heure en seconde aussi, et qui explique que tout notre développement n’est qu’un pseudo géant aux pieds d’argiles…

    Ce que fait Melenchon, c’est l’alliance entre ceux qui luttent contre l’exploitation de l’Homme par l’Homme et la surexploitation de la nature par l’Homme. Un jour vous réaliserez, par un libre marché dont les prix s’envoleront ou par une contrainte qui rationalise l’utilisation des ressources, que tout votre petit confort n’était qu’une illusion, une parenthése temporaire, un rêve qui produit actuellement la catastrophe de demain.

    Réponse

    • Effectivement je parle souvent de Mélenchon, et cela risque de continuer parce que j’aime énormément le comique de répétition (en qu’en la matière, le Parti Communiste a beaucoup à m’apprendre 🙂 ).

      Nous partageons au moins un point de vue: quelque chose ne tourne pas rond. Je maintiens que remplacer « l’exploitation de l’homme par l’homme » par le contraire n’y changera rien. Ce n’était pas au programme d’éco de seconde… c’était celui d’histoire en 3ème (de mémoire).

      La solution est ailleurs (mais ce n’est que mon avis).

      Réponse

  7. […] la démocratie et surtout, SURTOUT le symbole du vintage (pour les retardataires, je vous invite à lire le post que je lui avais consacré avant les élections) a décidé de s’auto-parachuter pour provoquer en duel la blonde citée plus […]

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :